fr

Les participants des Caraïbes se donnent rendez-vous à la 48e réunion de l'ICANN

26 novembre 2013
Par ICANN Blog

En plus des six langues des Nations Unies, ce contenu est aussi disponible en

par Albert H. Daniels, responsable de la participation des parties prenantes de l'ICANN – Les Caraïbes

Nombreux sont ceux pour qui les Caraïbes sont synonyme de vacances, de mariage ou de voyage de noces, avec des plages de sable blanc et des paysages à couper le souffle. En réalité, les Caraïbes sont tout cela et beaucoup plus : une région avec une grande diversité culturelle et linguistique, avec un environnement social et économique complexe.

La Jamaïque est bien connue pour être le lieu de naissance de Bob Marley et d'Usain Bolt ; Trinité-et-Tobago est reconnue pour être le berceau du seul nouveau instrument de musique du 20e siècle, le « steel pan » ; mais d'autres territoires des Caraïbes ont autant à offrir. Sainte Lucie, par exemple, qui a changé de mains 14 fois entre les britanniques et les français, est le pays avec le plus grand nombre de lauréats Nobel par tête. Sur une population de 175 000 habitants, il y en a deux : Sir Arthur Lewis, qui s'est vu décerner le prix Nobel d'économie en 1979 et Derek Walcott, qui a reçu le prix Nobel de littérature en 1992.

Diversité: Aruba, Bonaire et Curaçao sont des îles hollandaises avec de fortes attaches avec les Pays-Bas ; la Martinique, la Guadeloupe et la Guyane française sont des territoires français d'outre-mer ; Porto Rico fait partie des États-Unis mais on y parle espagnol ; la République Dominicaine (la moitié de l'île de Saint Domingue) est hispanophone alors que l'autre moitié de l'île, Haïti, parle français créole. Pour ajouter un peu plus de confusion, le Commonwealth de la Dominique, anglophone, est souvent appelé « Dominique » ; alors que Saint Domingue est aussi parfois appelé « Dominique ».

La 48e réunion de l'ICANN à Buenos Aires a été pour les participants issus de plusieurs territoires des Caraïbes l'occasion de se réunir de manière informelle pour se connaître, partager des expériences et avoir des échanges sur des questions de grande importance pour la région. Certains de ces participants, tels Tracy Hackshaw, Carlton Samuels et Jacqueline Morris peuvent être considérés des vétérans de l'ICANN, avec plus de 20 réunions à leur actif dans certains cas ; alors que certains autres, tels Craig Nesty et Natalie Rose, sont à leur toute première réunion de l'ICANN et participent aux programme des boursiers. Il y a eu aussi Rodney Taylor, représentant de l'Union des télécommunications des Caraïbes et nouveau membre du Comité consultatif gouvernemental ; et Albert Daniels, qui a assisté à sa première réunion en qualité de personnel de l'ICANN.

La représentation des Caraïbes dans les cercles de l'ICANN a toujours été faible, notamment en raison du manque de ressources disponibles pour les déplacements et du faible niveau de sensibilisation existant dans certains territoires par rapport au travail mené par l'ICANN et à l'importance d'y participer. Le groupe qui s'est réuni dans le cadre de la 48e réunion de l'ICANN s'est engagé à travailler de concert et à rester en contact afin de renforcer la « voix des Caraïbes » au sein de l'ICANN. Ils ont également convenu de participer davantage à des projets prioritaires de la stratégie pour les Caraïbes et l'Amérique latine, synthétisés lors de la réunion par le vice-président régional pour l'Amérique latine et les Caraïbes, Rodrigo de la Parra.

Actuellement, la région des Caraïbes est représentée au sein du GAC, de la ccNSO, de l'ASO et de l'ALAC. Il convient également de noter que Jorge Villa, de l'île de Cuba, a été élu représentant de l'Amérique latine et des Caraïbes au sein du Conseil de l'Organisation de ressources de numéros. Les territoires des Caraïbes présents à la 48e réunion de l'ICANN étaient : Belize, îles Caïman, Commonwealth de la Dominique, Cuba, Curaçao, Haïti, Jamaïque, République Dominicaine, Saint Lucie, Trinité-et-Tobago et îles Vierges américaines.

Authors

ICANN Blog