Blogs de l’ICANN

Lisez les blogs de l’ICANN pour vous tenir au courant des dernières activités d’élaboration de politiques, des événements régionaux et bien plus encore.

Le DNSSEC poursuit son voyage à travers l’Afrique

28 mai 2015
Par

En plus de l’ICANN Languages, ce contenu est aussi disponible en

null

Graphique : Des participants à la tournée DNSSEC à Antananarivo (Madagascar)

Le développement de l'industrie des noms de domaine en Afrique est important et donc un objectif majeur de la stratégie ICANNAFRICA ; mettre en relief le rôle important des Extensions de sécurité du système des noms de domaine (DNSSEC) qui contribuent directement à la sécurité de l'Internet et prévoir des mécanismes qui aident à empêcher l'usurpation ou la falsification des données du DNS. C'est ainsi que le projet « Tournée DNSSEC » a été conçu. Ce projet nous a permis de mener des efforts visant une meilleure sensibilisation au DNSSEC et une meilleure compréhension de son importance, et de renforcer les capacités en vue de l'adoption des ccTLD DNSSEC en Afrique.

Il est évident qu'un nombre d'opérateurs de registre ccTLD est confronté à des défis qui ne permettent pas des conditions de travail satisfaisantes pouvant assurer le fonctionnement sûr des ccTLD en Afrique. Certains défis sont institutionnels ; en effet, il existe des cas où les pays envisagent encore une redélégation des ccTLD. D'autres défis sont liés au manque de ressources humaines compétentes, même pour les opérateurs de registres qui n'ont aucune préoccupation institutionnelle. Quoi qu'il en soit, nous constatons que certains ont entamé le processus et présenté des demandes officielles au département IANA de l'ICANN, ce qui constitue un pas dans la bonne direction. Nos efforts visent à se fonder sur ces réussites et les transférer au reste du continent.

Des ateliers vers la mise en œuvre

Il convient de noter que les plans de mise en œuvre sont conçus pendant le dernier jour de la Tournée DNSSEC, avec la contribution des communautés participantes. Nous avons vu au cours des derniers mois que certains bénéficiaires ont déjà commencé à travailler sur des solutions et nous espérons que les deux ou trois mises en œuvre supplémentaires de DNSSEC auront lieu avant la fin de l'année 2015.

Depuis le début de la tournée il y a de cela deux ans, au Kenya, nous avons parcouru douze pays et nous avons prévu de visiter plusieurs autres encore.

Antananarivo (4-6 mai 2015), Congo (11-13 mars 2015), Côte d'Ivoire (24-26 févr. 2015), Botswana (1-3 déc. 2014), Cameroun (17-19 sep. 2014), Burkina Faso (19-21 mai 2014), Zambie (28-30 avril 2014), Sénégal (19-21 mars 2014), Rwanda (10-12 mars 2014), Tanzanie (18-20 sept. 2013), Nigeria (26-27 juin 2013), Kenya (11-13 juin 2013).

* Vous pouvez en savoir plus sur la Tournée DNSSEC à l'adresse http://dnssec-africa.org.

Un autre effort déployé sur le terrain consiste à encourager l'esprit d'entreprise dans le domaine du DNSSEC ; un des résultats notables des stratégies du Moyen-Orient et de l'Afrique est le partenariat entre l'ICANN et l'Autorité nationale de régulation des télécommunications de l'Égypte (NTRA) pour le lancement d'un centre d'entrepreneuriat DNS (DNS-EC) au Caire, en Égypte, visant entre autres à développer l'écosystème de l'industrie des noms de domaine en Afrique et au Moyen-Orient. Vous pouvez obtenir de plus amples informations à ce sujet ici.

Sensibilisation continue au sujet

Poursuivant la lancée des deux forums africains précédents sur le DNS, le troisième Forum africain sur le DNS est prévu cette année du 6 au 8 juillet à Nairobi, au Kenya, et servira de plate-forme pour des discussions franches et un partage des leçons reçues sur le DNSSEC. Vous pouvez en savoir plus et vous inscrire pour l'événement sur la page suivante : http://dnsforum.or.ke/index.php/home

Pour nous en Afrique, la sensibilisation au DNSSEC demeure une initiative en cours. Pour cela, nous prévoyons de couvrir même davantage de pays pendant que nous mettons à profit des forums régionaux et internationaux pour discuter ce sujet. Nous sommes absolument convaincus qu'au moment opportun davantage d'opérateurs de registres, de bureaux d'enregistrement et de titulaires de noms de domaines seront encouragés à prendre des mesures afin d'adopter le DNSSEC.

Authors

Yaovi Atohoun

Yaovi Atohoun

Stakeholder Engagement & Operations Director - Africa