fr

Le 9 mai : célébration du rôle des européens dans l'évolution de l'Internet

9 mai 2016
Par Jean-Jacques Sahel

En plus des six langues des Nations Unies, ce contenu est aussi disponible en

null

Photo : l'ICG fête la conclusion de ses travaux à Dublin dans le cadre de la 54e réunion publique de l'ICANN


Juste après le Jour de la victoire en Europe, qui fête la fin de la deuxième guerre mondiale en Europe, le 9 mai est la « Journée de l'Europe », fêtée tous les ans. Elle marque la réunion des pays européens. Depuis la fin des années 1940, les gens appartenant à différentes cultures –parfois en conflit–, de toutes origines et perspectives ont uni leurs forces pour poursuivre un objectif commun : la paix et la prospérité en Europe. Cela a un air de déjà vu ? Dans la communauté Internet nous sommes plutôt habitués à ce genre de projet complexe et international.

L'Europe a sans doute accompli une grande partie de son objectif commun de paix et prospérité grâce à un effort immense soutenu par un cadre de nouveaux systèmes de gouvernance commune et d'interaction développés au cours de plusieurs décennies. Et malgré les progrès remarquables ayant été accomplis, ces nouveaux systèmes qui soutiennent la coordination européenne doivent continuer à évoluer, à mesure que la région se développe, à mesure que son économie et ses interactions sociales changent, et à mesure que de nouvelles opportunités et de nouveaux défis se présentent.

Dans le même ordre d'idées, le processus de transfert de la supervision des fonctions de l'Autorité chargée de la gestion de l'adressage sur Internet (IANA) a été un exercice unique pour renforcer et faire évoluer davantage le modèle multipartite. Cette transition a réuni, avec succès, un éventail de toutes les parties prenantes du monde entier, pour travailler ensemble sur la conception pour trouver une solution efficace à un problème mondial complexe. C'étaient sans doute les premières grandes initiatives et processus consultatifs vraiment mondiaux, ouverts à toutes les parties prenantes, orientés vers un objectif commun, à savoir faire évoluer ensemble le système de gouvernance pour un des fondements clés d'une ressource mondiale essentielle, l'Internet.

De notre côté, en tant que personnel de l'ICANN en Europe, nous avons organisé de nombreuses activités pour sensibiliser les parties prenantes européennes et les encourager à formuler des commentaires sur la transition. Dans le monde entier, un total de plus de 1000 activités de ce type ont eu lieu au cours des deux dernières années. Cet effort a été nécessaire et titanique, épuisant par moments, mais important et gratifiant. Mais nous n'avons pas encore terminé. D'autres activités sont en train d'être organisées en ce moment pour informer la communauté de la proposition finale, tel que présentée à l'Administration nationale des télécommunications et de l'information. Ces activités comprennent les ateliers organisés la semaine dernière lors du forum du Sommet mondial sur la société de l'information (SMSI) à Genève et le prochain Dialogue européen sur la gouvernance de l'Internet (EuroDIG) à Bruxelles.

La transition a été un processus mondial, pas un processus européen. Mais la contribution européenne à cette importante initiative mondiale sans précédent a été remarquable.

Je suis fier d'avoir vu la communauté Internet européenne non seulement bien représentée PDF, 1.26 MB, mais de l'avoir également vue participer de manière active et significative. Elle a constitué une force motrice substantielle pour l'élaboration d'une proposition solide et consensuelle. C'est également en Europe que la proposition a été finalisée et approuvée, lors de la 54e réunion de l'ICANN à Dublin, avant son adoption définitive dans le cadre de la 55e réunion de l'ICANN à Marrakech une fois que la piste de travail sur la responsabilité a achevé son travail concernant la transition.

À l'heure actuelle, on entend dire que l'Europe a besoin de « retrouver sa position de chef de file » dans l'univers numérique, comme à l'époque du GSM, il y a vingt ans, quand l'Europe a été considérée par certains comme le leader mondial en matière de technologies numériques. En matière de gouvernance de l'Internet, l'Europe se trouve sans doute déjà aux premiers rangs. Les européens ont une place forte, positive et de plus en plus bien établie. Le processus de transition a été une démonstration claire et imposante à cet égard. Nous devons féliciter et encourager l'Europe à jouer son rôle de manière positive, constructive, et passionnée à tous les niveaux de l'écosystème numérique.

Aujourd'hui, nous célébrons l'Europe et la réalité que les européens peuvent avoir une voix forte et respectée dans la gestion d'une ressource mondiale avec un esprit constructif et en collaboration avec toutes les autres régions pour aider à faire évoluer l'Internet pour le bénéfice mondial.

Authors

Jean-Jacques Sahel