fr

Sécurité internationale et diplomatie dans le cyberespace

17 décembre 2014
Par Carlos AlvarezCarlos Alvarez

En plus des six langues des Nations Unies, ce contenu est aussi disponible en

null

Le ministère des technologies de l'information et des communications (TIC) colombien, conjointement avec l'Organisation des États américains (OEA) et la Fondation ICT4Peace a organisé un événement appelé « Sécurité internationale et diplomatie dans le cyberespace », qui a eu lieu à Bogota du 18 au 20 novembre. Les gouvernements du Canada, les États-Unis et le Royaume-Uni, ainsi que le Comité international de la Croix-Rouge, l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, l'Institut international d'études stratégiques, l'Université Simon Fraser à Vancouver au Canada et la Fondation y ont également participé.

Le sujet principal de l'événement a été «construire les mesures de confiance» (CBM) sur les problèmes liés à l'Internet. Les mesures de confiance sont normalement définies comme des mesures qui permettent aux pays de se réunir pour discuter, prévenir et résoudre les problèmes qui créent de l'incertitude entre les États et qui souvent donnent lieu à une augmentation de la confiance et à une réduction des conflits et des hostilités.

L'événement a rassemblé des représentants de 27 pays d'Amérique latine et des Caraïbes, qui ont reçu d'amples informations en matière de droit international, d'élaboration de politiques, d'instauration de la confiance entre les États et du rôle que peuvent jouer les organisations régionales et internationales. Ils ont également participé à un exercice de simulation réalisé par le professeur Paul Meyer de l'Université Simon Fraser.

Grâce à l'aimable invitation du programme de cyber sécurité de l'OEA, j'ai assisté à l'événement en représentation de l'ICANN et j'ai participé, en tant que membre du panel, des débats liés aux questions juridiques et techniques en matière de protection de l'infrastructure. Compte tenu du rôle que nous jouons à l'ICANN, et dans le but de maintenir et d'améliorer la sécurité, la stabilité et la résilience du système des noms de domaine ou DNS, j'ai eu l'occasion de partager les expériences quotidiennes de notre équipe de la sécurité, la stabilité et la résilience en ce qui concerne les relations qui devraient exister entre le secteur privé et les organismes d'application de la loi, ainsi qu'en ce qui concerne la création de « communautés de confiance » – élément indispensable dans tous les types de lutte contre les activités malveillantes en ligne qui impliquent presque toujours l'abus ou l'utilisation abusive des ressources du DNS.

C'était une excellente occasion d'échanger des informations et des expériences avec des collègues de nombreux pays et, pour la région, d'être en mesure de discuter d'un sujet que l'on voulait aborder depuis longtemps. C'était également une possibilité de prendre un café avec des amis, les vieux et les nouveaux amis.

Le chemin à suivre pour progresser dans le domaine de la sensibilisation sur la cyber sécurité en Amérique latine et les Caraïbes est long. Toutefois, ce qui est important c'est que la région travaille pour y parvenir. Quant à l'ICANN, nous serons là en tant qu'organisation, fournissant toute l'assistance nécessaire pour que les opérateurs de l'infrastructure Internet de la région, les organismes d'application de la loi et la communauté de la sécurité puissent parcourir ce chemin ensemble, à un rythme soutenu.

Carlos Álvarez est le responsable de la participation à la sécurité, équipe de la sécurité, la stabilité et la résilience, ICANN

Authors

Carlos Alvarez

Carlos Alvarez

SSR Engagement Director (LAC)
Read biographyRead biography