fr

Travailler avec la nouvelle génération de combattants numériques (cyber fighters)

24 août 2018
Par Carlos AlvarezCarlos Alvarez

En plus des six langues des Nations Unies, ce contenu est aussi disponible en

null

Durant la troisième semaine d'août, j'ai visité São Paulo au Brésil et Asunción au Paraguay avec pour objectif de travailler avec la communauté et les organisations locales en charge de l'application de la loi. Nous cherchions à accroître la sensibilisation concernant l'utilisation malveillante du DNS en apportant une formation aux unités de police spécialisées dans le numérique, en expliquant ce qu'est l'ICANN et en les invitant à rejoindre le processus d'élaboration de politiques de l'ICANN sur les questions qui leur sont pertinentes (du point de vue de la sécurité, la stabilité et la résilience, et au vue des domaines d'intervention de mon équipe). Nous avons réalisé ces activités tout au long de l'année et dans l'ensemble des régions du monde.

Les exercices de participation de cette semaine ont été particulièrement positifs. Nous avons apporté une formation aux différentes autorités, nous avons fait des recommandations au secteur privé concernant les améliorations en matière de sécurité vis à vis du fonctionnement de leurs domaines et nous avons expliqué comment atténuer les menaces via la résolution des noms de domaine. Toutes mes présentations ont été très bien reçues et les participants ont montré un intérêt particulier.

Un groupe mérite une mention spéciale : les 129 élèves de l'année passée de l'École nationale de police du Paraguay qui ont participé à l'une de nos réunions à Asunción. Ces jeunes et dynamiques élèves étaient âgés de 21 à 23 ans. Même si certains avaient déjà quelques connaissances en matière d'investigations numériques, d'autres étaient complètement novices en la matière.

Au début, les élèves assis au premier rang étaient les plus engagés du groupe, attentifs et posant des questions intéressantes. Alors que ceux assis au fond ne semblaient pas vraiment s'impliquer au départ, leur intérêt a grandi à mesure que les discussions avançaient. Ils ont rapidement réalisé à quel point ces sujets étaient intéressants, comment ils allaient pouvoir avoir un impact grâce à leur travail, comment leurs vies personnelles pouvaient être affectées par les différentes formes d'utilisations malveillantes du DNS.

C'était impressionnant de voir à quel point ils réalisaient que le DNS était important, dans le bon comme dans le mauvais, et comment ils pouvaient l'utiliser d'une façon à laquelle ils n'auraient jamais pensé pour protéger les utilisateurs et les infrastructures des acteurs malveillants.

Ce n'est pas si souvent que nous échangeons avec la prochaine génération de combattants numériques. Et lorsque nous le faisons, il est rare qu'ils montrent ce niveau d'engagement, d'intérêt et ce désir de commencer à travailler. Je leur tire mon chapeau.

Lorsque je suis rentré j'ai réalisé que nous, l'ancienne génération, il est de notre responsabilité de guider la nouvelle génération de combattants numériques grâce à notre expérience et de les aider à faire de leur mieux. Nous pouvons les aider à faire la différence entre le bien et le mal et leur apprendre à opter pour le bien. Nous devons partager ce que nous avons vécu ces dernières années. Ils doivent devenir meilleurs que nous.

Authors

Carlos Alvarez

Carlos Alvarez

SSR Engagement Director (LAC)
Read biographyRead biography