fr

Le nouvel Hedgehog de l'ICANN

6 octobre 2014

Patrick JonesPatrick Jones, Senior Director, Global Stakeholder Engagement

En plus des six langues des Nations Unies, ce contenu est aussi disponible en

null

Le groupe de travail des opérations du DNS (DNSOP) de l'ICANN, l'équipe responsable du serveur racine L, a récemment annoncé un changement de nom, de structure, et des nouveaux membres dans l'équipe. Le DNSOP est maintenant l'équipe technique du DNS de l'ICANN. Ces dernières semaines, les membres des équipes techniques du DNS et de la participation des parties prenantes mondiales ont présenté les derniers développements de l'équipe du serveur racine L, et les nouveaux outils de visualisation du DNS lors des évènements comme l'UKNOF (UK Networks Operators Forum) à Londres et ENOG8 à Bakou en Azerbaijan. À suivre un entretien entre Patrick Jones, directeur principal, Participation des parties prenantes mondiales et Terry Manderson directeur de l'équipe technique du DNS, qui parlent des changements et de ce qui vient après.

Patrick : Votre équipe s'est récemment rebaptisée elle-même l'équipe technique du DNS, qu'est-ce qui a changé et pouvez-vous nous donner les raisons de ce changement ?

Terry : Les raisons du changement de nom provient du fait que nous pensions que ce que nous faisons au sein de l'équipe est beaucoup plus large que de la gestion quotidienne. L'équipe est également responsable de la conception dans son ensemble de la plateforme du serveur racine L ainsi que d'autres infrastructures du DNS utilisées au sein de l'ICANN. L'équipe maitrise également bien les aspects plus profonds du protocole du DNS et en réalité une large partie des protocoles Internet publiés par l'IETF. Donc « technique » est une bonne description au vue de notre expertise et notre ingéniosité. Vous remarquerez également que nous nous concentrons plus sur « l'équipe » que sur le « département ».

L'ICANN et plus particulièrement le domaine IT au sein de l'ICANN, est en train de devenir une organisation et grâce à ça elle compose avec des équipes multifonctionnelles solides, notre équipe principale a honoré cela en sachant très bien qu'à mesure que nous nous rendons nous-mêmes ainsi que notre expertise disponibles à tous les autres domaines au sein de l'ICANN nous allons de temps en temps croître et décroître la taille de notre équipe pour atteindre des résultats exceptionnels.

Patrick : L'accent est-il mis sur certains domaines durant les 6-9 prochains mois ?

Terry : Le point central à court-terme concerne le fait de faire grandir nos processus pour s'assurer qu'ils soient assez solides et bien formés pour nos infrastructures. Cependant, nous faisons un réel effort pour regarder plus vers l'avenir et aligner la stratégie de l'équipe avec la stratégie organisationnelle de l'ICANN.

Patrick : Vous avez récemment lancé Hedgehog pour visualiser les statistiques du DNS, pouvez-vous nous parler de cet outil, comment voyez-vous son utilisation par les autres membres de la communauté, quels sont les avantages par rapport aux anciens outils utilisés par l'ICANN pour le serveur racine L ?

Terry : Pendant un moment nous avons réalisé que la manière dont nous enquêtions sur les évènements et apportions la transparence au système DNS, particulièrement en tant qu'opérateur de serveur racine, avait besoin d'être améliorée. Le projet Hedgehog est en cours depuis quelques temps, avec pour objectif d'améliorer ce que nous recueillons, rassemblons et analysons les mesures DNS à partir de 158 (et plus !). Emplacements du serveur racine L.

Les bénéfices en matière de transparence sont clairs pour nous, et si nous voyons des bénéfices alors d'autres pourraient aussi les voir ! Dans cette optique, nous avons le programme Hedgehog ouvert à la communauté (voir https://github.com/dns-stats/hedgehog/wiki/About). Mis à part la visualisation du DNS comme bénéfice, c'est également une des références de mise en œuvre des recommandations du Comité consultatif du système des serveurs racine RSSAC) quant à l'évaluation du système de serveur racine (RSSAC002). Si quelqu'un dans la communauté veut essayer Hedgehog ou être impliqué dans son développement actuel vous pouvez vous rendre sur www.dns-stats.org.

Patrick : L'ICANN a également récemment lancé quelques exemples de serveur racine L avec des partenaires comme Yandex à Ykaterinberg en Russie, TW Telecom à Seattle, Emiraes Telecom à Dubai, Micron21 à Melbourne. Est-ce qu'il y a des écarts dans la couverture du seul serveur racine L, et où voudriez-vous voir de nouveaux exemples dans le futur ?

Terry : Dans l'idéal, nous aimerions voir au moins un exemple de serveur racine L dans chaque pays, mais comme tous les ingénieurs spécialisés vous le diront, les frontières géographiques ne sont pas toujours le meilleur indicateur ; l'écosystème de l'Internet est une série complexe d'arrangements commerciaux et de décisions politiques appliquées au routage. Donc même si un serveur racine (exemple) existe dans un pays, ses services pourraient ne pas couvrir autant que la population connectée à Internet pourrait l'espérer. Peut-être qu'une meilleure idée serait d'avoir un exemple de serveur racine L accueilli par, ou attaché à, chaque fournisseur de transit. Un super objectif ! Pour l'instant cependant, nous avons quelques pays cibles sur nos listes. Nous aimerions beaucoup entendre parler d'organisations prêtes à accueillir un serveur racine L. Et j'aimerais BEAUCOUP les entendre des pays suivants : Hong Kong, Indonésie, Népal, Bangladesh, Afrique du sud, Kenya, Mozambique, Égypte, Argentine, et Grenade. Pour plus d'informations rendez-vous sur http://www.dns.icann.org/lroot/host/.

Patrick : Merci Terry, c'est très utile. Si des personnes sont intéressées par l'équipe technique du DNS, elle est présente en-ligne sur https://dns.icann.org, et sur Twitter via @ICANNdnsEng.

Terry: Merci.

--

Terry Manderson est directeur de l'équipe technique du DNS, basé à Brisbane en Australie. Patrick Jones est directeur principal, Participation des parties prenantes mondiales et basé à Washington, DC.

Patrick Jones
Patrick Jones
Senior Director, Global Stakeholder Engagement

Patrick Jones

Read biographyRead biography