fr

Transition du rôle de supervision de la NTIA : un catalyseur pour l'amélioration de l'approche multipartite

5 juin 2015
Par Jean-Jacques Sahel

En plus des six langues des Nations Unies, ce contenu est aussi disponible en

null

Débat lors de l'EIF (European Internet Forum) sur la gouvernance de l'Internet avec Fadi Chehade le 26 mai 2015 à Bruxelles. Photo gracieusement offerte par l' EIF

Cela fait un peu plus d'un an que le travail a commencé pour les divers groupes multipartites sur la transition de la supervision du gouvernement américain des fonctions IANA.

L'une des quatre conditions clés établies par le gouvernement américain a été que la proposition de transition devrait « soutenir et améliorer le modèle multipartite ».

Si l'on en croît le processus de transition lui-même, cette condition sera facile à remplir. En fait, ce processus a été une incarnation remarquable du modèle, et le rend même plus fort. La transition a offert l'occasion unique pour la communauté mondiale de se rassembler autour d'un objectif partagé, d'obtenir une vision commune quant à l'évolution des fonctions essentielles d'Internet de manière efficace.

Réunir ces différents points de vue, perspectives et personnalités aurait pu être un défi majeur. Au lieu de cela, les progrès extraordinaires qui ont été réalisés à ce jour montrent que ce défi s'est transformé en un exercice largement positif. Les différents groupes de parties prenantes et les différentes régions du monde, se sont rassemblés telle une équipe pour produire un travail de recherche de haute qualité. Le mélange d'avocats, d'économistes, d'ingénieurs, de membres de la société civile et les voix des utilisateurs ou des experts universitaires en gouvernance a permis d'assurer des échanges indispensables et solides ainsi que des documents solidement développés. Les propositions sensées et raisonnées qui ont émergé sont la preuve de cette collaboration impressionnante et révolutionnaire.

Et si quelques semaines supplémentaires ont été nécessaires pour s'assurer que les propositions seraient aussi solides et consensuelles que possible, ce fut un processus rapide à tous les niveaux : ce serait difficile de trouver un autre exemple dans l'histoire d'un exercice mondial tel que celui-ci et d'une évolution majeure et essentielle se déroulant dans un laps de temps si court, et avec une telle qualité et une telle cohésion.

D'un point de vue européen nous pouvons également être fiers : les parties prenantes européennes ont été très actives dans les discussions sur la transition, avec en particulier les diverses positions des co-présidents des groupes de travail menés par les Européens. Certains de ces co-présidents nous ont rejoint lors d'un évènement récent sur la gouvernance de l'Internet organisé par le Forum sur la gouvernance de l'Internet (FGI) à Bruxelles, où lors de son intervention Fadi Chehade a souligné à quel point la participation de notre région, grâce à son expérience dans l'établissement d'institutions de coopération, a apporté une importante contribution au sein à la fois des aspects structurels de la transition, et du travail sur la gouvernance et la responsabilité.

Le modèle multipartite ressort de ce processus non seulement comme la seule façon de coordonner la gestion des ressources essentielles d'Internet, mais plus important encore, il est bel et bien la méthode déterminante pour prendre en main les initiatives complexes et transfrontalières de notre ère mondiale. Notre communauté devrait être fière d'avoir élaboré et fait évoluer ce système qui a conduit à une coopération mondiale réussie : une voie à suivre pour le futur.

Authors

Jean-Jacques Sahel