fr

Faire des progrès sur les noms de domaine internationalisés

30 octobre 2014

Nigel HicksonSally Shipman Wentworth

En plus des six langues des Nations Unies, ce contenu est aussi disponible en

null

Cette semaine, la conférence de plénipotentiaires de l'Union internationale des télécommunications (UIT) tenue à Busan, en Corée du Sud a revisité le rôle des administrations des États membres dans la gestion des noms de domaine internationalisés (multilingues), officiellement connue comme la résolution 133 de l'UIT [PDF, 262 KB] (Guadalajara, 2010). La discussion a porté principalement sur la façon de mettre à jour la résolution 133 et d'évaluer les progrès accomplis depuis 2010.

Cet examen nous fournit une occasion opportune pour partager des données sur les progrès considérables réalisés afin de déployer les noms de domaine internationalisés dans le fichier de la zone racine du système des noms de domaine (DNS).

En 2010, les noms d'hôte du DNS étaient limités à un sous-ensemble des caractères du code standard américain pour l'échange d'information (ASCII) utilisés pour les lettres alphabétiques, les chiffres et le tiret (appelé « LDH »). Cela signifie que les caractères non-latins ne pouvaient pas être utilisés pour des sites Web et d'autres noms de domaine que les gens pourraient taper ou cliquer. Toutefois, en 2010, le groupe de travail de génie Internet (IETF) et d'autres ont travaillé durement pour créer des normes robustes, pour l'utilisation des noms de domaine internationalisés dans les applications (IDNA) à l'échelle mondiale ce qui permettrait à des milliards de nouveaux utilisateurs d'accéder à l'Internet dans leur script de langue locale. En 2008, l'IETF a publié une version révisée de la norme IDNA permettant que les symboles non-LDH soient représentés par le DNS. Russ Housley, président du conseil d'architecture de l'Internet (IAB) et ancien président de l'IETF, a écrit au sujet du processus de normes IETF IDNA ici.

Une fois que la norme IDNA a été publiée, le monde s'est tourné vers le déploiement et l'utilisation des IDN. Où en sont les choses aujourd'hui ?

La réponse est simple, on a beaucoup avancé !

  1. Aujourd'hui, 43 noms de domaine internationalisés de premier niveau géographique (ccTLD) et 35 noms de domaine internationalisés génériques de premier niveau (gTLD) sont répertoriés à la racine.
  2. Plus de 50 noms de domaine au plus sont censés être délégués pendant les 12 prochains mois dans le cadre du programme des nouveaux gTLD de l'ICANN.
  3. Cette croissance comprend plus 800 000 IDN en cyrillique enregistrés sous le ccTLD IDN рф ; 750 000 de script Han sous les ccTLD IDN 中国/中國 et 台湾/台灣 et 12 000 sous des ccTLD en script arabe. Plus d'exemples se trouvent dans le rapport mondial 2014 sur les noms de domaine internationalisés, disponible sur : http://www.eurid.eu/files/publ/IDNWorldReport2014_Interactive.pdf [PDF, 6.19 MB]
  4. L'ICANN travaille activement à promouvoir la participation de la communauté dans la formation des panels de génération pour 28 scripts. Ces scripts sont utilisés pour écrire les langues contemporaines du monde et développer un script sur la base des règles de génération d'étiquettes (LGR). Les LGR serviront à vérifier la validité des étiquettes TLD et générer des étiquettes de variantes. Des panels de génération doivent encore être formés pour de nombreux scripts, notamment : cyrillique, grec, gujarati, japonais, coréen, latin, sinhala, tamoul, thaï et autres.
  5. La technologie actuelle continue de poser des défis pour l'utilisation des IDN, étant donné que la technologie a été principalement conçue autour de l'utilisation limitée des caractères ASCII. L'ICANN a lancé une initiative pour l'acceptation universelle des IDN, qui vise à ce que les parties prenantes puissent promouvoir les technologies qui supportent les IDN, y compris les adresses e-mail internationalisées.

Mais que signifient ces améliorations dans la pratique ? En décembre 2013, il y avait plus 6 millions de noms de domaine internationalisés, ce qui représente plus de 2 % du nombre total des noms de domaine. Cela se traduit par une augmentation de 215 % dans les cinq dernières années, une augmentation impressionnante dans une période très courte.

Bien que ces chiffres représentent des progrès significatifs, il y a encore beaucoup à faire pour s'assurer que tout le monde puisse accéder à l'Internet dans sa langue locale. Vu que l'Internet et les contenus locaux continuent de s'accroître, l'utilisation des IDN augmentera en conséquence. Il est important que les utilisateurs aient des choix dans leur langue, qui soient utilisables à travers différentes technologies.

Nous nous engageons à ce que cela devienne une réalité.

Aidez à établir les normes pour votre langue et votre script en vous portant volontaires pour créer un panel et y participer dès maintenant. Pour en savoir plus, envoyez-nous un courrier électronique à idntlds@ICANN.org.

Nigel Hickson

Sally Shipman Wentworth