fr

Le deuxième symposium annuel de l'ICANN sur le DNS

25 juillet 2018

Matt LarsonMatt Larson, VP, Research

Le bureau du directeur de la technologie (OCTO) de l'ICANN a organisé le deuxième symposium annuel de l'ICANN sur le DNS (IDS), un événement d'une journée ciblé sur l'ensemble des aspects du système des noms de domaine (DNS). L'IDS 2018 a eu lieu vendredi 13 juillet à Montréal au Québec, Canada et le thème de cette année était "Attention, système des noms de domaine : la maintenance des 30 ans du système des noms de domaine DNS prend du retard ».

Aussi étonnant que cela puisse paraître, le système des noms de domaine (DNS) franchit la trentaine. Le DNS fonctionne remarquablement bien et la plupart des utilisateurs le considèrent robuste et fiable. Or, il se peut que des améliorations puissent y être apportées pour renforcer sa santé et le rendre plus apte à promouvoir davantage l'innovation. Le programme de l'IDS 2018 propose de soumettre le DNS à un entretien programmé, avec une évaluation et un diagnostic complets comme ceux recommandés normalement pour les véhicules à haute performance. Nous invitons les chercheurs, le secteur académique et les communautés opérationnelles à partager des expériences, des données ou des idées innovatrices sur le passé, le présent et le futur du DNS.

La journée a commencé avec une présentation du Dr. Paul Mockapetris, pionnier d'Internet, reconnu comme inventeur du DNS, intitulée, « Les enseignements du passé utiles pour le futur du DNS : principes et exemples. » Paul a dit au public qu'il s'attendait à ce que sa liste d'enseignements soit en quelque sorte sujet à controverse. Par exemple, il se demandait si l'arborescence classique de la base de données du DNS subissait une certaine pression pour évoluer et si la communauté du génie DNS pouvait s'inspirer de nombreuses années de développement au sein de la zone de base de données.

La journée s'est poursuivie avec une douzaine de présentations. Certains orateurs sont revenus sur le passé : Ed Lewis a repris et commenté les prévisions et observations d'un document récent décrivant la conception et les opérations du DNS à l'époque. Brian Reid a fait un bref rappel de l'évolution du serveur de nom BIND et du protocole du DNS. D'autres ont parlé du DNS d'aujourd'hui : John Kristoff et Tobias Fiebig ont décrit la situation actuelle des opérations du DNS abordant la cohérence des données et le DNS inversé. D'autres présentations ont parlé du futur : Ondřej Surý a parlé des effets marquants du protocole après plus de 30 ans d'évolution et s'est demandé si certaines fonctions devraient être supprimées. Jari Arkko a posé des questions sur le niveau de concentration que nous constatons aujourd'hui au sein des divers acteurs de l'industrie du DNS et notamment des résolveurs récursifs. Benno Overeinder a parlé des fonctions de sécurité assurées par le DNS pour le SSL et s'est demandé si une adoption plus large pourrait mettre la pression sur le déploiement du DNSSEC étant donné qu'il y a un certain chevauchement dans le type de protections fourni par les deux protocoles.

Deux panels étaient présents dans les diverses présentations. Le premier, intitulé « Faiblesses du DNS, » était dirigé par Dr. Steve Crocker. Il s'agissait de commentaires sur les divers aspects du protocole du DNS et les opérations qui pourraient être améliorées. Le second panel, « Les couches d'application du DNS », dirigé par Allison Mankin traitait de la tendance actuelle à transporter le DNS vers d'autres protocoles, y compris le SSL et le HTTPS.

Nous avons eu le plaisir de voir de voir la salle de réception de l'hôtel remplie de plus de 120 personnes et avec 50 personnes qui suivaient à distance, avec de nombreux commentaires positifs, en personne et via notre enquête réalisée après l'événement. Les participants ont apprécié la qualité des présentations, les bons échanges et discussions avec le public, les présentateurs, les membres des panels et ont aimé avoir accès à tant d'experts du DNS. Nous avons déjà hâte d'organiser le prochain IDS qui aura lieu en mai 2019 en Asie. Nous espérons vous y retrouver !

Matt Larson
Matt Larson
VP, Research

Matt Larson

Read biographyRead biography