fr

L'épopée de l'instance du serveur racine L de Calcutta

23 août 2017

Anupam Agrawal

En plus des six langues des Nations Unies, ce contenu est aussi disponible en

Le déploiement de l'instance du serveur racine L à Calcutta a débuté dans le cadre du programme de soutien aux infrastructures critiques d'Internet. Le chapitre Calcutta de l'Internet Society (ISOC) a été lancé en 2013. La philosophie du chapitre Calcutta de l'ISOC était de faciliter le développement des capacités techniques des individus travaillant au cœur et à la périphérie d'Internet en Inde.

À cette époque, une question majeure du programme était de savoir si l'Inde devait disposer de davantage d'instances de serveur racine afin de soutenir le trafic du routage. Nous avons réalisé qu'il était nécessaire de disposer de davantage d'instances de serveur racine en calculant le nombre moyen d'internautes dans une région par instance de serveur racine. En Amérique et en Europe, il y a 4-5 millions d'utilisateurs par instance. En Inde, ce chiffre s'élève à 100 millions. Bien qu'il s'agisse d'une méthode grossière, elle nous a donné un objectif clair à atteindre.

Après avoir obtenu le soutien de la communauté indienne, nous avons commencé à approcher différents opérateurs d'instance de serveur racine et nous avons échangé avec l'ICANN, l'opérateur du serveur racine L. À ce moment-là, l'ICANN n'opérait pas d'instance du serveur racine L en Inde. L'arrangement avec l'ICANN est simple. L'ICANN n'exige rien à l'hôte pour l'hébergement de l'instance, et le personnel de l'ICANN prend en charge la surveillance du logiciel et la gestion administrative. Le chapitre Calcutta de l'ISOC met à disposition un serveur, une bande passante et se charge des frais liés à la maintenance du serveur.

La fourniture de matériel, la préparation des dispositions sécuritaires requises et l'acquisition d'une bande passante peuvent être une pratique courante pour un fournisseur de services Internet (FSI) hébergeant une instance de serveur racine mais pour notre chapitre, il s'agit d'une nouvelle expérience.

Le processus de mise à disposition du serveur à Calcutta a impliqué de multiples réunions avec nos sponsors et les fournisseurs. Il a fallu expliquer au fisc l'utilité de disposer d'un serveur à Calcutta sans but lucratif.

Nous avons également dû trouver un emplacement pour le serveur. Il se trouve actuellement dans l'un des bureaux de l'ISOC à Calcutta. Des systèmes d'accès sécurisés ont dû être mis en place, des barreaux ont notamment été installés aux fenêtres. Voilà en quoi consiste la responsabilité du soutien aux infrastructures critiques d'Internet !

Notre défi le plus grand était de fournir une bande passante à haute vitesse à la connexion du serveur. Il n'a pas été facile de recevoir le soutien de sponsors, même de certaines des organisations à but non lucratif créées afin de servir la communauté Internet d'Inde. Cela a retardé le début des opérations de l'instance de serveur racine L. Enfin, un opérateur de télécommunications a accepté d'apporter son soutien à une condition : le chapitre devrait se charger des dernières étapes de connectivité. Ces dernières étapes ont consisté à grimper sur des poteaux, à creuser des trous et à épisser les câbles. La mise en fonctionnement de l'instance du serveur racine L a été possible grâce à la participation de bénévoles et au soutien de la communauté.

Sous la direction d'Anand Raje (vice-président du chapitre Calcutta de l'ISOC), l'équipe technique a été en mesure de réaliser la connexion et l'équipe technique du DNS de l'ICANN a finalisé l'installation. La connexion était alors effective.

Les deux jours suivants, le trafic a augmenté et la bande passante n'a pu gérer cette augmentation. Après une autre série de présentations et de prises de contact avec les FSI locaux, un FSI a été recruté afin de soutenir la bande passante supplémentaire.

La résolution des problèmes de bande passante a procuré un sentiment de satisfaction. Je souhaiterais remercier notre communauté et nos sponsors qui ont œuvré de concert au succès de cette cause, ainsi que l'équipe de l'ICANN dont Champika Wijayatunga et Samiran Gupta du bureau régional de l'APAC, Chris Mondini, et l'équipe technique du DNS.

Il s'agit du second épisode de la trilogie du quatrième anniversaire de notre bureau régional de l'APAC. Si vous avez raté le premier épisode, vous pouvez lire l'article y afférent ici. Notre troisième épisode sera bientôt disponible.

Anupam Agrawal