fr

Construction de la communauté technique de l'Internet au Moyen-Orient

19 septembre 2014
Par Fahd BataynehFahd Batayneh

En plus des six langues des Nations Unies, ce contenu est aussi disponible en

null

Participants et principaux orateurs lors de l'atelier DNSSEC à Amman, Jordanie

Du 8 au 11 septembre, l'ICANN a tenu un atelier sur les extensions de sécurité du système des noms de domaine (DNSSEC) à Amman, Jordanie avec le groupe professionnel de services basé en Jordanie, TAG-Org. L'atelier a convoqué 29 participants de huit pays (la Tunisie, l'Égypte, la Jordanie, le Koweït, les Émirats Arabes Unis, l'Oman, le Yémen et l'Inde) pour traiter un éventail de questions d'intérêt, notamment : les domaines de premier niveau géographique (ccTLD), les noms de domaine internationalisés (IDN), les bureaux d'enregistrement accrédités par l'ICANN, les fournisseurs de services Internet (ISP) et les départements de sécurité de l'Internet. Au cours de cet atelier d'une durée de quatre jours, nous avons traité la théorie et le déploiement de l'infrastructure du DNS et mené des exercices interactifs.

L'origine de cet atelier réside dans la stratégie de l'ICANN pour aborder les besoins de la communauté Internet du Moyen Orient et des pays voisins.1 Le but principal de cette stratégie est de «construire une industrie des noms de domaine solide et concurrentielle dans la région ». Le groupe de travail sur la stratégie du Moyen Orient (MESWG) a identifié plus tard la «stabilité et sécurité du DNS» comme un domaine clé d'intérêt qui est en ligne avec le mandat de l'ICANN de garantir un «système de noms de domaine sûr, stable et résilient».

Toutefois, le déploiement de DNSSEC dans la région demeure contesté. Par exemple, .lb, le ccTLD du Liban, est de loin le seul ccTLD dans la région ayant entrepris des efforts de production pour parvenir au déploiement de DNSSEC. Et en raison du faible niveau de déploiement de DNSSEC dans notre région, en général, le renforcement des capacités en matière de DNSSEC est un élément récurrent dans notre stratégie pour le Moyen Orient.

Cet atelier n'est qu'une des mesures prises pour traiter la question. Le Dr de l'ICANN Richard Lamb, M Tomofumi Okubo et M Samer Khalil de l'Université américaine de Beyrouth (AUB) étaient sur place pour guider cet important atelier et ont été impressionnés par la qualité des étudiants, dont beaucoup avaient des antécédents solides en matière d'opérations du DNS. Ces étudiants ont appris non seulement le DNSSEC. Ils ont également eu l'occasion de se faire des relations et d'apprendre des expériences des autres dans le déploiement de DNSSEC sur leurs bancs d'essai respectifs.

Nous avons conclu cette session avec une visite au Centre national jordanien des TI (NITC), qui exécute le ccTLD de la Jordanie et le ccTLD IDN .jo et .الاردن. NITC est également le seul fournisseur de services Internet et d'hébergement pour le gouvernement jordanien et pour les opérations informatiques du gouvernement jordanien. Lors de la visite, les participants ont eu l'occasion de parler avec la haute direction du NITC et de visiter son moderne centre de données.

Notre atelier en Jordanie n'a pas seulement été une expérience positive pour les participants ; nous espérons qu'il sera la base pour construire un plus grand déploiement de DNSSEC dans la région.


1 La stratégie du Moyen-Orient couvre les 22 états arabes, l'Iran, l'Afghanistan et le Pakistan.

Authors

Fahd Batayneh

Fahd Batayneh

Stakeholder Engagement Sr. Manager, Middle East
Read biographyRead biography