fr

Un séminaire technique de l'IANA en 1998 que je n'oublierai jamais

17 octobre 2018
Par Louis Touton

null

(NOTE: Louis Touton fut le premier employé de l'ICANN. Il fut vice-président de l'ICANN, conseiller juridique et secrétaire. Son billet de blog fait partie d'une série d'articles occasionnels rédigés par certains des pionniers de l'ICANN. Ils nous offrent un retour sur les premiers jours de l'ICANN, alors que nous célébrons son 20eme anniversaire. Ces billets de blog des pionniers seront publiés sur ICANN.org et CircleID.com.)


En 1998, j'étais avocat chez Jones Day à Los Angeles, spécialisé dans le droit des brevets. Je faisais partie du cabinet en charge des questions de technologie chez Jones Day, qui avait pour but d'aider les sociétés à utiliser les technologies informatiques et de communications, y compris Internet.

Dans le même temps, début mai, l'autorité chargée de la gestion de l'adressage sur Internet (IANA) se préparait à transférer sa base depuis l'Institut des sciences de l'information (ISI) à l'Université de Californie du Sud vers une organisation nouvelle, indépendante et à but non lucratif.

Zita Wenzel (collègue de Jon Postel) a envoyé un e-mail aux divers cabinets juridiques leur demandant de participer à titre bénévole à cette transition. Nous nous sommes portés volontaires et l'accord a rapidement été convenu pour que Jones Day fournisse un soutien juridique lors de la transition.

La déclaration de politiques sur la gestion des noms et des adresses d'Internet du département du commerce des États-Unis (appelée généralement le « Livre blanc ») était sur le point d'être publiée le 5 juin 1998.

Dr. Postel avait tout d'abord imaginé que Jones Day apporterait son aide à la création de la société, à la sécurisation du statut 'à but non lucratif', à la gestion des litiges, des assurances et aux règlementations antitrust. Mais la tâche était sans précédent donc personne ne savait clairement ce qui allait être demandé.

Au début, nous avons échangé avec Dr. Postel et ses collègues par e-mail et téléphone. Mais il est rapidement devenu évident que l'équipe juridique allait avoir besoin de beaucoup de détails quant aux missions de l'IANA et à la manière dont elle les réalisait en collaboration avec d'autres entités, comme le Groupe de travail de génie Internet (IETF), les Registres Internet régionaux (RIR) et Network Solutions. En bref, nous avions besoin d'un manuel.

C'est pourquoi j'ai assisté à un « séminaire technique de l'IANA » organisé pour informer l'équipe juridique dans une salle de conférence Marina del Rey le 16 juin 1998. Pendant plusieurs heures, Dr. Postel a expliqué comment l'Internet fonctionnait, comment plusieurs entités échangeaient pour le faire fonctionner, comment ces accords ont été élaborés depuis la fin des années 1960.

C'est lors de ce séminaire que j'ai rencontré Postel en personne pour la première fois. Comme je m'y attendais, il donna une explication détaillée et très technique du fonctionnement d'Internet. À une vitesse incroyable, il expliqua l'IPv4, le système des noms de domaine (DNS) et comment les paramètres de protocole, les adresses et les noms de domaine étaient assignés. C'était assez utile et sa précision m'a impressionné.

Mais, ce qui m'a réellement surpris, fut le récit de Postel concernant la culture à laquelle il avait fait partie pendant trois décennies : comment les ingénieurs réseaux, ayant souvent des opinions nettement différentes sur les questions techniques, avaient fini par collaborer en adhérant à un objectif commun qui était de faire fonctionner Internet, en agissant dans un respect mutuel et en mettant de côté les reproches.

Ce qui m'a le plus frappé fut qu'il reconnaisse que les temps ont changé. Il savait que les nouveaux-venus, entreprises, gouvernements, personnes physiques, et la société civile, apportaient avec eux de nouvelles inquiétudes et visions qui avaient un impact sur les fonctions que l'IANA réalisait. Il savait que les nouveaux-venus étaient souvent axés sur le côté social et commercial plus que sur les questions techniques. Il savait qu'ils avaient des opinions différentes des siennes, mais il reconnaissait qu'ils avaient des intérêts légitimes qui étaient désormais pertinents.

Dr. Postel savait que dans ce nouvel environnement, créer une organisation pour reprendre les fonctions de l'IANA serait compliqué et parfois litigieux. Cependant il faisait preuve d'espoir, la nouvelle organisation pouvait être une réussite si elle adoptait une culture d'inclusion et de respect mutuel, tout en garantissant que l'ICANN évoluerait pour être profitable à tous. Pour moi ce fut incroyable qu'il adapte tellement ses pensées à la perspective d'un tout nouvel environnement.

Comme l'avait prédit Dr. Postel, la voie pour créer cette nouvelle organisation (ICANN) était litigieuse. Malheureusement, Dr. Postel ne vit jamais le fruit de son travail. Il mourut tragiquement quatre mois plus tard, avant la formation finale de l'ICANN. Sa mort compliqua le processus de création de l'ICANN en ces débuts.

Au final, tout comme l'avait dit Dr. Postel, en suivant la voie de l'inclusion, l'ICANN, petit à petit, a apporté un mécanisme de qualité pour les parties prenantes, avec leurs perspectives et opinions divergentes, pour faire avancer la promesse de l'Internet.

Authors

Louis Touton