fr

Interdiction des nouveaux gTLD sans point

30 août 2013

Lors de sa réunion en date du 13 août 2013, le comité du programme des nouveaux gTLD du Conseil d'administration de l'ICANN (NGPC) a adopté une résolution établissant l'interdiction des « noms de domaine sans point ». Les noms de domaine sans point sont ceux constitués par une étiquette unique (par exemple, http://example, ou mail@example). Les noms de domaine sans point nécessiteraient l'inclusion, par exemple, d'un enregistrement de type A, AAAA, ou MX dans le sommet d'une zone TLD du DNS (c'est à dire que l'enregistrement est lié à la chaîne TLD elle même).

Outre les commentaires du public sur les noms de domaine sans point, le NGPC a pris en compte les risques en matière de sécurité et de stabilité associés aux noms de domaine sans point, signalés dans les documents suivants :

  • le 23 février 2012, le Comité consultatif de l'ICANN sur la sécurité et la stabilité (SSAC) a publié le SAC 053 : rapport du SSAC sur les domaines sans point [PDF, 183 KB]. Dans ce rapport, le SSAC indiquait que les domaines sans point ne seraient pas universellement accessibles et déconseillait fortement leur utilisation. Par conséquent, le SSAC avait recommandé que l'utilisation d'enregistrements de ressources DNS tels que A, AAAA et MX dans le sommet d'un nom de domaine de premier niveau (TLD) soit contractuellement interdite au besoin et fortement découragée dans tous les cas.
  • le 10 juillet 2013, le Conseil d'architecture de l'Internet (IAB) a publié une déclaration sur les noms de domaines sans point, où il déconseillait l'utilisation de noms de domaine sans point pour les TLD.
  • le 29 juillet 2013, Carve Systems a présenté un rapport sur les noms de domaine sans point commandité par l'ICANN. En ligne avec le rapport du SSAC, le rapport de Carve sur les noms de domaine sans point [PDF, 1.02 MB] identifie des problèmes de sécurité et de stabilité.

Pour l'adoption de sa résolution, le NGPC a considéré les risques en matière de sécurité et de stabilité identifiés dans ces documents, ainsi que l'inapplicabilité de toute solution d'atténuation de ces risques. Suite à la résolution du NGPC, l'ICANN n'envisage pas d'autres études sur la question.