Skip to main content
Resources

Nom de Domaine Internationalisé Glossaire

Cette page est disponible en:

Étiquette A

Représentation à l'aide d'un codage compatible ASCII (ASCII-compatible encoded – ACE) d"un nom de domaine internationalisé – il s'agit d'un moyen de transmission interne du protocole DNS. Les étiquettes ASCII commencent toujours par le préfixe « xn- – ». Comparer aux étiquettes U (Unicode).

ACE Encodage compatible ASCII

Système d'encodage Unicode dans lequel chaque caractère peut être transmis en employant seulement un ensemble limité de caractères ASCII (soit a-z, 0-9 et "-"). Il est utilisé pour palier le fait que les applications utilisant le protocole DNS ne peuvent traiter les autres valeurs de façon fiable.

ASCII – Code standard américain pour l'échange d'information

ASCII est la norme courante de codage numérique employée par les ordinateurs et autres dispositifs qui utilisent le format texte. Les ordinateurs ne peuvent interpréter que les chiffres, et un code ASCII constitue ainsi la représentation numérique d'un caractère comme par exemple "a" ou "@". En ce qui concerne les noms de domaine ou chaînes de caractères, l'utilisation de l'ASCII est liée au fait qu'avant l'internationalisation, seules les lettres a-z, les chiffres 0-9, et le trait d'union "-" pouvaient être utilisés dans les noms de domaine.

Caractère

Aux fins des discussions au sujet des IDN, un « caractère » peut être interprété comme l'élément de base d'un système d'écriture constitué par un alphabet et un ensemble de règles régissant la façon dont celui-ci est utilisé pour représenter une langue particulière. Toutefois, bien qu'elles révèlent l'alphabet qui leur sert de base, les étiquettes de domaine ne véhiculent aucune information intrinsèque sur la langue à laquelle elles doivent être associées. Malheureusement, cette dépendance vis-à-vis de la langue ne peut pas être supprimée en limitant la définition de l'alphabet puisque il existe des cas (voir exemples ci-après) où des langues partageant le même alphabet appliquent des approches différentes pour traiter les éléments individuels. Le terme « caractère » ne peut donc pas être défini en dehors du contexte dans lequel il est employé.

Dans les systèmes d'écriture à base phonétique, un caractère correspond généralement à une lettre ou représente une syllabe, et dans les systèmes idéographiques (ou bien dans les systèmes pictographiques ou logographiques), un caractère peut représenter une idée ou un mot.

Les exemples qui suivent ont pour but d'illustrer que la définition d'un caractère comprend au moins deux parties, l'une étant une unité linguistique de base et l'autre étant le point de code auquel elle est associée.

Étiquette-U 酒 : Jiu ; le mot chinois pour « boisson alcoolisée » ; le point de code Unicode est U+9152 (également désigné par : CJK UNIFIED IDEOGRAPH-9152) ; l'étiquette-A est xn—jj4.

Étiquette-U 北京 : le mot chinois pour « Beijing », les points de code Unicode sont U+5300 U+4EAC ; l'étiquette-A est xn—1lq90i

Étiquette-U 東京 : le mot japonais pour « Tokyo », les points de code Unicode sont U+6771 U+4EAC ; l'étiquette-A est xn—1lqs71d

Étiquette-U ایكوم ; acronyme farsi pour ICOM, les points de code Unicode sont U+0627 U+06CC U+0643 U+0648 U+0645 ; l'étiquette-A est xn—mgb0dgl27d.

CCNSO – Organisation de soutien aux extensions géographiques

Organisation faisant partie des instances de développement de politiques de l"ICANN (« unité constitutive »), responsable des discussions et du développement de politiques en matière de délégation de ccTLDs.

CCTLD – Domaine de premier niveau géographique

Catégorie de domaines de premier niveau pouvant représenter uniquement des codes de pays inclus dans la norme ISO 3166-1. À présent, il s"agit de codes de deux lettres comme « .UK », « .DE », etc. Toutefois, dans l"avenir il est prévu que des équivalents non latins soient disponibles. Le travail d"élaboration de politiques liées aux domaines de premier niveau géographiques individuels se fait généralement en collaboration avec des organisations de parrainage locales, contrairement à d"autres domaines de premier niveau où c'est l"ICANN qui est responsable d"établir les politiques. Les ccTLD sont tenus de respecter les lois des pays où ils sont exploités, de sorte que les gouvernements, etc., ont leur mot à dire sur la manière dont le domaine est exploité.

DNS Système des Noms de Domaine

Le système des noms de domaine (DNS) permet aux utilisateurs de se repérer plus facilement sur Internet. Chaque ordinateur connecté à Internet possède une adresse unique, comparable à un numéro de téléphone, constituée par une chaîne numérique relativement complexe, appelée « adresse IP » (IP signifiant « Internet Protocol »). Les adresses IP sont difficiles à mémoriser. Le DNS facilite l'utilisation de l'Internet en permettant le remplacement de cette adresse IP obscure par une chaîne alphabétique familière (le « nom de domaine »). Ainsi, au lieu de taper 207.151.159.3, vous pouvez taper www.internic.net. Il s"agit d"une chaîne « mnémonique » bien plus facile à mémoriser.

Zone DNS

Une partie de l"espace de noms du système de noms de domaine. Par défaut, la zone racine contient tous les noms de domaine. Toutefois, dans la pratique, certaines sections de cet espace sont déléguées dans des zones plus petites, de manière hiérarchique. Par exemple, la zone « .COM » concerne la portion des DNS délégués qui finissent par « .COM ».

DNSSEC

Technologie qui peut être incorporée au système de noms de domaine afin de vérifier l"authenticité de ses données. Cette vérification se fait à l'aide d'une chaîne de confiance vérifiable qui puisse être validée dans le système des noms de domaine.

Nom de domaine

Identificateur unique possédant un ensemble de propriétés qui permettent aux ordinateurs de faire des conversions. Un nom de domaine typique est « icann.org ». Normalement, un nom de domaine est associé à une adresse IP, comme par exemple « 208.77.188.103 » ; les ordinateurs peuvent transformer ce nom en une adresse IP. Mais le DNS est utilisé à bien d'autres fins. Le nom de domaine peut aussi faire l'objet d'une délégation, auquel cas la responsabilité de tous les sous-domaines appartenant à ce domaine est transférée à une autre entité.

Étiquette de nom de domaine

Une partie d"un nom de domaine. Les étiquettes des noms de domaine sont connectées par des points. Par exemple, « www.iana.org » contient trois étiquettes : « www », « iana » et « org ». Pour les noms de domaine internationalisés, les étiquettes peuvent être désignées comme étiquettes ASCII ou Unicode.

GTLD – Domaines de premier niveau génériques

Un type de domaines de premier niveau utilisé à des fins générales, où l"ICANN joue un rôle de coordination important (contrairement aux domaines de premier niveau géographiques qui sont gérés localement). Pour des raisons de politique, ces domaines sont sous-divisés en domaines de premier niveau sponsorisés ou non-sponsorisés.

IDN – nom de domaine internationalisé

Les noms de domaine internationalisés (IDN) sont des noms de domaine comportant des caractères en langue locale. Ces noms de domaine peuvent inclure des caractères associés à des signes diacritiques   exigés dans la plupart des langues européennes – ou bien des caractères différents de ceux de l'alphabet latin (par exemple arabes ou chinois).

Beaucoup de langues utilisent aussi des chiffres autres que les « 0-9 » utilisés en Europe. L'alphabet latin de base et les chiffres arabes européens sont appelés, dans le cadre des noms de domaine, des « caractères ASCII » (ASCII = Code standard américain pour l'échange d'information). Ils font partie de l'ensemble plus vaste des « caractères Unicode » qui servent de base aux IDN.

La « règle du nom de l'hôte » exige que tous les noms de domaine dont il est question ici soient stockés dans le DNS uniquement à l'aide des caractères ASCII ci-dessus, avec le seul ajout du trait d'union « – ». La forme Unicode d'un IDN nécessite donc un encodage spécial avant de pouvoir être saisi dans le DNS.

La terminologie qui suit a pour but d'éviter toute confusion :

L'étiquette-A est l'élément transmis par le protocole DNS et elle constitue la forme ACE compatible ASCII de la chaîne de caractères IDNA ; par exemple « xn--11b5bs1di ». L'étiquette U est l'élément que va visualiser l'utilisateur et elle constitue la représentation du nom de domaine internationalisé (IDN) en Unicode ; par exemple «  परीका » (version « d'essai » en hindi, script devanagari). Enfin, l'étiquette LDH désigne uniquement une étiquette entièrement ASCII qui respecte les conventions de « nom de l'hôte » (LDH) et qui n'est pas un IDN ; par exemple « icann » est le nom de domaine d" « icann.org ».

(les définitions d'étiquettes ci-dessus sont issues de : http://www.ietf.org/internet-drafts/draft-klensin-idnabis-issues-01.txt).

Référentiel des pratiques IDN

Un référentiel qui se trouve dans le site web de l"IANA, où les registres des domaines de premier niveau incorporent les tables IDN qu"ils utilisent. Cela permet la réutilisation des tables par d"autres registres, le cas échéant.

IDN SLD ou IDN 2LD

Ce terme fait généralement référence aux noms de domaine comportant des caractères locaux au second niveau, alors que le premier niveau ne comporte que des caractères ASCII. Par exemple : [παράδειγμα .essai] (« exemple.essai » en grec).

Table IDN

Une table IDN est une table où sont répertoriés tous les caractères supportés par un registre TLD spécifique. Si un ou plusieurs de ces caractères sont considérés des variantes, cela doit être indiqué à côté du/des caractère(s) concerné(s), en précisant à quel caractère correspond la variante. Les tables de variantes contiennent souvent des caractères représentant une langue spécifique, ou bien un script spécifique. C"est pourquoi elles sont parfois appelées « tables de variantes de langue », « tables linguistiques » ou encore « tables de script ».

IDN TLD

Forme abrégée généralement utilisée pour faire référence aux domaines de premier niveau internationalisés. Dans ceux-ci le nom de domaine complet peut être représenté  en caractères locaux. Par exemple : [실례.테스트] (« exemple.essai » en hangul).

IDNA (utilisation des noms de domaine internationalisés dans les applications)

L'IDNA est un protocole défini dans la norme RFC 3490 du groupe de travail IETF (http://www.ietf.org) qui permet aux applications d'utiliser des noms de domaine comportant des caractères non-ASCII. L'IDNA convertit les chaînes de noms de domaine comportant des caractères non-ASCII en étiquettes de noms de domaine ASCII, que les applications employant le système DNS peuvent interpréter correctement. La totalité des caractères employés dans les langues du monde entier ne peuvent pas être utilisés dans les noms de domaine. L'IDNA n'est donc pas en meseure de convertir tous les caractères de ce type en étiquettes ASCII.

IANA – Autorité chargée de la gestion de l"adressage sur Internet

Département de l"ICANN chargé d'assurer les fonctions décrites dans l'accord conclu entre l"ICANN et le gouvernement des États-Unis. Ces fonctions concernent l"attribution des paramètres du protocole unique mondial, y compris la gestion de la racine du système de noms de domaine et l"espace des adresses IP. Le personnel de l"ICANN appartenant à ce département est souvent appelé « le personnel IANA ».

ICP – Politique de coordination de l"Internet

Une série de documents créés par l"ICANN entre 1999 et 2000 décrivant les procédures de gestion. Trois de ces documents ont été publiés avant d"abandonner l"utilisation de ce système de numérotation. Les publications postérieures de l"ICANN n"ont pas reçu des numéros ICP.

IESG – Internet Engineering Steering Group

Comité constitué par des experts des différents domaines de travail de l"IETF, qui agit en tant que comité de gestion.

IETF – Groupe de travail de génie Internet

Principal forum de normalisation d"Internet. Les normes développées au sein de l"IETF sont publiées sous forme de RFC. Les registres de contrôle des paramètres d"IANA sont en ligne avec le travail de l"IETF.

IPv4

Protocole Internet version 4. C"est la version du protocole Internet qui supporte les adresses IP de 32-bits. Ce protocole permet l"utilisation d"environ 4 milliards d"adresses IP uniques, ce qui n"est pas suffisant pour la demande d"Internet prévue pour les prochaines 10 ou 15 années. En conséquence, un nouveau protocole dénommé IPv6 a été développé pour être en mesure d"augmenter substantiellement le nombre d"adresses IP disponibles.

IPv6

Protocole Internet version 6. C"est la version du protocole Internet qui supporte les adresses IP de 128-bits. Ce protocole n"est pas encore totalement déployé, mais il permet un nombre plus élevé d"adresses IP que le protocole IPv4.

ISO

Organisation internationale de normalisation, intégrée principalement par des agences de normalisation nationales.

Étiquette

Une étiquette est un élément constitutif d'un nom de domaine. Les étiquettes sont généralement séparées par des points ; par exemple, le nom de domaine « exemple.com » est composé des deux étiquettes : « exemple », et « com ».

Langues | Scripts | Alphabets

Les langues sont employées par des communautés linguistiques. Les scripts servent à noter les informations par écrit dans les différentes langues, à l'aide des alphabets correspondants ou d'autres systèmes d'écriture.

LDH – Lettre, chiffre, trait d'union

La règle du nom de l'hôte définie dans la norme RFC 952 (modifiée ultérieurement par la norme RFC 1123) était employée dans les registres de noms de domaine avant l'internationalisation. Au titre de celle-ci, les noms de domaine ne pouvaient comporter que les lettres a-z, les chiffres 0-9 et le trait d'union « – ». Le terme « points de code LDH » désigne ce sous-ensemble. Depuis l'introduction des IDN cette règle n'est plus valable pour tous les noms de domaine, bien qu'avec l'utilisation de l'IDNA les caractères apparaissant dans le DNS restent sous la forme LDH.

Communauté Internet locale

La communauté d"utilisateurs Internet d"un pays, qui utilise des domaines de premier niveau géographiques. Les domaines de premier niveau géographiques sont délégués à des organisations de parrainage afin qu"elles les exploitent dans l'intérêt de la communauté, notamment en mettant en œuvre des politiques développées par la communauté.

Type MIME – Extensions multifonctions du courrier Internet

Chaîne de texte formalisée, capable d"identifier le type de fichier inclus dans l"entête d"un courriel ou d"une transmission Web. L' IANA entretient le registre des types MIME.

PDP – Processus de développement de politiques

Processus formel d'élaboration de politiques employé par l"ICANN et par un bon nombre de ses unités constitutives.

Protocole

Toute manière de communication entre ordinateurs ayant été normalisée pour assurer la communication d"un PC à un autre. Normalement, les protocoles Internet sont normalisés dans les RFC.

Punycode

Punycode est l'algorithme d'encodage compatible LHD défini dans la norme Internet RFC 3492 et employé actuellement. Il constitue la méthode permettant d'encoder une adresse IDN en séquences de caractères ASCII LHD afin que les noms puissent être compris et gérés par les applications employant le système des noms de domaine (DNS). L'idée en est que les requérants et les utilisateurs de noms de domaine ne voient jamais la forme encodée d'un nom de domaine. Son seul but est de permettre au système DNS de résoudre par exemple une adresse URL comportant des caractères locaux. Pour en connaître des exemples, consultez « étiquette A » sous la rubrique « IDN ».

Dans une étiquette A Punycode, le préfixe est toujours "xn--". Il est donc recommandé de réserver ce préfixe aux registres de domaines de premier niveau, afin d'éviter toute confusion lorsque des enregistrements d'IDN sont introduits dans le domaine de premier niveau respectif.

Titulaire de nom de domaine

Entité ayant acquis le droit d"utiliser une ressource. Ce droit est généralement lié à une autorisation révocable accordée par le bureau d'enregistrement  afin que l'enregistrement du nom de domaine figure dans un registre.

Bureau d"enregistrement

Entité chargée d'introduire des modifications dans un registre à la demande d'un titulaire de nom de domaine. Normalement, le bureau d"enregistrement est la même entité chargée de l"opération du registre ; cependant, dans le cas des noms de domaine, ce rôle est souvent divisé pour permettre la concurrence entre plusieurs bureaux d"enregistrement proposant différents niveaux de soutien. Voir aussi bureau d"enregistrement de noms de domaine.

Registre

Base autoritaire d'enregistrements pour un ensemble particulier de données. Le terme est souvent utilisé pour faire référence au registre de noms de domaine, mais tous les paramètres de protocole gérés par l'IANA sont aussi des registres.

Opérateur de registre

Entité chargée de gérer un registre.

RFC – Appel à commentaires

Série de documents d'ingénierie Internet contenant les normes d"Internet ainsi que des documents de discussion, des rapports d"information et des meilleures pratiques. Les normes Internet publiées dans un RFC sont élaborées par l"IETF. Les RFC sont publiés par l"éditeur des RFC.

Racine

L"autorité la plus centrale (ou la plus inclusive) de tout système de nommage ou de numérotation. Le terme est généralement utilisé pour faire référence au système racine des noms de domaine (voir zone racine). Toutefois, l"IANA est aussi la racine pour les adresses IP et pour d"autres systèmes.

Serveurs racine

Serveurs de nom autoritaires pour la zone racine. Ils ne sont pas considérés comme des serveurs de noms réguliers parce qu"en général il s"agit des serveurs de noms les plus critiques et les plus utilisés. Leur spécificité tient aussi au fait qu"ils ne sont pas facilement remplaçables, car toute modification au niveau de ces serveurs doit être stockée dans le fichier hint de chaque serveur de noms du monde entier.

Zone racine

Le sommet de la hiérarchie du système des noms de domaine. La zone racine contient toutes les délégations des domaines de premier niveau ainsi que la liste des serveurs racine. La gestion de la zone racine relève de l"IANA.

Script

Un script est un ensemble de symboles utilisés pour écrire une langue. Il existe trois types principaux d"écriture : alphabétique (par exemple l"arabe, le cyrillique et le latin), constituée par des « lettres » ; idéographique (par exemple le chinois), constituée par des « idéogrammes »; et syllabique (par exemple, le hangul), constituée par des syllabes. Si les systèmes d"écriture de la plupart des langues n"utilisent qu"un script, il existe des exceptions, comme c"est le cas du japonais, qui utilise différents scripts, représentant les trois catégories ci-dessus.

Pour être utilisés dans l"environnement informatique, chaque élément d"un script doit être encodé à l"aide de chiffres. L"ensemble de symboles chiffrés est appelé un « jeu de caractères ». Un jeu de caractères peut inclure plus d"un script (par exemple, le jeu de caractères universel, généralement connu sous le nom d"Unicode) ou bien être limité à un seul script (par exemple US-ASCII, qui ne couvre à vrai dire même pas l"ensemble du script latin). Une distinction nette doit être établie entre les scripts et les jeux de caractères.

Le seul jeu de caractères pertinent pour l"IDNA est Unicode. Celui-ci attribue un « point de code » numérique à un « nom de caractère », et ceci pour chaque élément de chaque script. Les politiques en matière de scripts que l"ICANN associe aux IDN s"appliqueront aux noms des scripts qui s"affichent en caractères Unicode, ou à des blocs de la charte de code Unicode qui possèdent des noms de script similaires dans leurs titres. Ces noms de script peuvent être consultés sur http://www.unicode.org/charts/.

Aux fins de la procédure accélérée, les candidats doivent fournir des informations sur le script dans lequel sont écrites les chaînes de caractères faisant l"objet de la candidature. D"un point de vue pratique, le menu déroulant disponible pour les candidats et destiné à faciliter les démarches du système de demande en ligne de la procédure accélérée, est basé sur la liste ISO15924. Du point de vue de l"évaluation, la section 3.2 du plan final de mise en œuvre de la procédure accélérée décrit le processus de validation des scripts et des langues, ainsi que plusieurs méthodes parmi lesquelles les candidats peuvent choisir. Voir http://icann.org/en/resources/idn/fast-track

Il est important de souligner que les caractères des scripts ne figurant pas dans la charte de code Unicode ne peuvent en aucun cas être inclus dans les IDN.

Sous-domaine

Domaine à l"intérieur d"un autre domaine. Par exemple, « www.icann.org » est un sous-domaine d"« icann.org », et « icann.org » est un sous-domaine d" « org ». La gestion des sous-domaines est confiée à d"autres entités par le biais des processus de délégation.

Consortium Unicode

Organisme à but non lucratif dont la mission est de favoriser, de diffuser et de promouvoir l'utilisation de la norme Unicode. Pour plus d'informations, veuillez visiter le site http://www.unicode.org.

TLD – Domaine de premier niveau

Le plus haut niveau des subdivisions du système des noms de domaine. Ces domaines, comme par exemple « .COM » ou « .UK » sont délégués dans la zone racine du DNS. En général, ils sont divisés en deux catégories, les domaines de premier niveau génériques et les domaines de premier niveau géographiques.

Étiquette U

Représentation Unicode d"un nom de domaine internationalisé, c'est-à-dire, la manière dont le nom s'affiche pour l"utilisateur final. Comparer à étiquette A.

Unicode

Unicode est un schéma de codage simple couramment utilisé pour attribuer un numéro spécifique à chaque caractère dans une grande diversité de langues et de scripts. La norme Unicode comporte des tableaux où sont répertoriés les « points de code » (chiffres spécifiques) associés à chaque caractère local identifié. Ces tableaux sont mis à jour en permanence, au fur et à mesure que la numérisation des caractères avance.

Dans Unicode, les caractères se voient attribuer un code pour identifier de manière spécifique chaque caractère dans la plupart des scripts utilisés dans le monde. Ces « points de code » sont des chiffres spécifiques à chaque caractère ou élément de caractère, tel qu'un accent ou un tréma. Unicode contient plus d'un million de points de code, répertoriés dans un format constitué par un « U » suivi du signe plus et d'un chiffre spécifique en notation hexadécimale ; par exemple, le mot « Hello » s'écrit U+0048 U+0065 U+006C U+006C U+006F.

URL

Acronyme pour « Uniform Resource Locator », chaîne de caractères utilisée pour décrire l'adresse de documents ou d'autres ressources sur l'Internet. Définie par l'IETF dans la norme RFC 2396, une URL se compose de deux parties séparées par deux-points (« : »). La première partie de l'adresse indique le protocole à employer, par ex., http, ftp, etc., et la deuxième partie précise l'adresse IP ou le nom de domaine dans lequel se trouve la ressource.

UTF-8

Le format de transformation Unicode à 8 bits est une méthode de codage d'Unicode qui permet de transmettre n'importe quel caractère à l'aide de valeurs numériques à 8 bits. C'est la méthode de transmission la plus couramment employée car les données à 8 bits sont les plus fréquentes sur Internet.

Variantes

Dans le cadre des noms de domaine internationalisés, ce terme fait référence à des noms de domaine alternatifs pouvant être enregistrés, avec la même signification, mais avec des caractères qui peuvent changer en fonction de la langue dont il s'agit. En fonction de la politique du registre, les variantes peuvent être enregistrées ensemble dans un bloc dénommé regroupement des variantes.  Par exemple, « internationalise » et « internationalize » peuvent être considérées des variantes en anglais.

Regroupement de variantes

Ensemble de noms de domaine multiples regroupés ensemble parce qu'ils contiennent des caractères considérés comme des variantes.

Table de variantes

Un type de table IDN décrivant les variantes pour une langue ou un script donnés. Par exemple, une table de variantes peut mettre en rapport les caractères du chinois simplifié et les caractères du chinois traditionnel afin de construire un regroupement de variantes.

Domain Name System
Internationalized Domain Name ,IDN,"IDNs are domain names that include characters used in the local representation of languages that are not written with the twenty-six letters of the basic Latin alphabet ""a-z"". An IDN can contain Latin letters with diacritical marks, as required by many European languages, or may consist of characters from non-Latin scripts such as Arabic or Chinese. Many languages also use other types of digits than the European ""0-9"". The basic Latin alphabet together with the European-Arabic digits are, for the purpose of domain names, termed ""ASCII characters"" (ASCII = American Standard Code for Information Interchange). These are also included in the broader range of ""Unicode characters"" that provides the basis for IDNs. The ""hostname rule"" requires that all domain names of the type under consideration here are stored in the DNS using only the ASCII characters listed above, with the one further addition of the hyphen ""-"". The Unicode form of an IDN therefore requires special encoding before it is entered into the DNS. The following terminology is used when distinguishing between these forms: A domain name consists of a series of ""labels"" (separated by ""dots""). The ASCII form of an IDN label is termed an ""A-label"". All operations defined in the DNS protocol use A-labels exclusively. The Unicode form, which a user expects to be displayed, is termed a ""U-label"". The difference may be illustrated with the Hindi word for ""test"" — परीका — appearing here as a U-label would (in the Devanagari script). A special form of ""ASCII compatible encoding"" (abbreviated ACE) is applied to this to produce the corresponding A-label: xn--11b5bs1di. A domain name that only includes ASCII letters, digits, and hyphens is termed an ""LDH label"". Although the definitions of A-labels and LDH-labels overlap, a name consisting exclusively of LDH labels, such as""icann.org"" is not an IDN."