fr

Termes et acronymes de l’ICANN

L’ICANN possède des centaines d’acronymes et de termes qui peuvent s’avérer assez déconcertants. Nous avons créé cet outil multilingue pour expliquer ce que veulent dire ces termes et faciliter votre travail au sein de la communauté de l’ICANN.

Termes et acronymes de l’ICANN

Tapez l’acronyme ou le terme que vous recherchez dans le volet de recherche ci-dessous.
Outre la version française, les termes et les acronymes sont aussi disponibles en anglais, en arabe, en chinois, en espagnol et en russe. Les liens vers les différentes langues se trouvent en haut à droite de la page.
Cliquez sur la première lettre du terme que vous recherchez pour lancer une recherche par ordre alphabétique.

A

1-20 sur 27 résultats

acceptation universelle(UA)

Capacité à prendre en charge, valider, stocker, traiter et afficher des noms de domaine et des adresses de courrier électronique de manière correcte et uniforme dans toutes les applications, dispositifs et systèmes. L’acceptation universelle est une condition fondamentale pour parvenir à un Internet réellement multilingue qui permette aux internautes du monde entier de naviguer sur Internet dans leurs langues locales.

Administration de la communauté habilitée

Organe administratif par l’intermédiaire duquel la communauté habilitée agit. Par exemple, lorsque la communauté décide de faire part d'un problème au Conseil d’administration de l'ICANN ou à l'organisation ICANN, elle le fait par le biais de l'Administration de la communauté habilitée. Si la communauté habilitée engage des procédures de médiation en vertu des statuts constitutifs de l'ICANN, l'Administration de la communauté habilitée désigne des individus chargés de représenter la communauté habilitée.

L'Administration de la communauté habilitée est composée d'un représentant de chacun des cinq participants-décideurs.

Administration nationale des télécommunications et de l’information(NTIA)

Agence du Département du commerce des États-Unis principalement responsable de conseiller la branche exécutive sur des dossiers de politiques liées aux télécommunications et à l'information.

Lorsque le contrat de l'ICANN avec la NTIA a pris fin le 1er octobre 2016, la coordination et la gestion des identificateurs uniques de l'Internet ont officiellement été transférées à la communauté multipartite mondiale.

adresse de Protocole Internet(adresse IP)

Valeur numérique qui identifie individuellement un dispositif connecté à l’Internet. Le Protocole Internet (IP) utilise les adresses IP pour acheminer les paquets des messages vers leur destination prévue.

Le Protocole Internet a deux plans d’adressage.

  • Les adresses du Protocole Internet version 4 (IPv4) ont une longueur de 32 bits, ce qui permet d’avoir un peu plus de quatre milliards d’identificateurs uniques. Les adresses IPv4 sont représentées comme une suite de quatre valeurs décimales comprises entre 0 et 255, séparées par des points. Une adresse IPv4 classique ressemble à cela : 192.0.32.7.
  • Les adresses du Protocole Internet version 6 (IPv6) ont une longueur de 128 bits, ce qui permet d’avoir 340 sextillions d’identificateurs uniques. Les adresses IPv6 sont représentées comme une suite de valeurs hexadécimales, séparées par deux-points. Une adresse IPv6 classique ressemble à cela : 2620:0:2d0:200::7.

Un dispositif connecté à Internet peut avoir les deux types d’adresses en simultané. Le fait d’avoir les deux types d’adresses permet au dispositif d’envoyer et de recevoir des messages en utilisant IPv4 ou IPv6.

adresse universelle(URL)

Séquence unique globale de caractères qui décrit l'emplacement d'un fichier ou d'une ressource spécifique (par exemple une vidéo en continu, une application logicielle, un service en ligne) sur Internet. L'URL identifie également le protocole à utiliser afin d'ouvrir le fichier ou la ressource spécifique. Dans l'URL https://whois.icann.org/en, https identifie le protocole à utiliser afin d'ouvrir la ressource située sur whois.icann.org/en.

alerte précoce du Comité consultatif gouvernemental(alerte précoce du GAC)

Dans le Programme des nouveaux domaines génériques de premier niveau (Programme des nouveaux gTLD), avis émis par le Comité consultatif gouvernemental lorsqu’une candidature à un gTLD est jugée potentiellement sensible ou problématique par un ou plusieurs gouvernements.

algorithme de similarité de chaîne

Dans le Programme des nouveaux domaines génériques de premier niveau (Programme des nouveaux gTLD), outil algorithmique utilisé pour identifier des chaînes gTLD faisant l’objet de candidatures dont la similarité peut porter à confusion.

alphabet phonétique international

Norme codifiée pour la représentation phonétique de plusieurs langues.

Amendement général du contrat de registre de base des nouveaux domaines génériques de premier niveau

Ensemble de révisions approuvées du contrat de registre de base découlant en général de négociations bilatérales menées entre l'organisation ICANN et le Groupe des représentants des opérateurs de registres, suivies d'une procédure de consultation publique.

ancre de confiance de la racine

Clé faisant autorité qui se situe au sommet de la chaîne de confiance des extensions de sécurité du système des noms de domaine (DNSSEC). L’autorité de l’ancre de confiance de la racine est conférée à travers la configuration de paramètres sur les résolveurs validant DNSSEC. Elle ne dérive pas d’autres clés.

L’ancre de confiance de la racine se compose d’une paire de clés publique-privée. La clé privée est utilisée pour signer la clé de signature de zone (ZSK) de la zone racine. Les résolveurs validant DNSSEC utilisent la clé publique pour vérifier l’authenticité des données dans la zone racine.

appel à commentaires(RFC)

Document de référence préparé par le Groupe de travail de génie Internet (IETF), le Groupe de travail de la recherche Internet (IRTF) ou le Conseil d'architecture de l'Internet (IAB). Quand l’IETF élabore une norme Internet, la norme est publiée sous forme d’appel à commentaires. L’IAB, l’IRTF et l’IETF utilisent aussi les RFC pour publier des meilleures pratiques et des documents d'information.

Pour la petite histoire, le terme RFC est un vestige des débuts d’ARPANET, lorsque les membres du Groupe de travail de réseau diffusaient leurs idées et créations sous la rubrique « Appel à commentaires ». Bien que les RFC ne représentent plus des « appels à commentaires » au sens propre, l’IETF, l’IRTF et l’IAB continuent d’intituler ainsi leurs documents de référence.

architecture de l’objet numérique(DOA)

Architecture conçue par la Corporation for National Research Initiatives (CNRI) au milieu des années 1990 pour la gestion des objets numériques sur Internet. L’architecture se compose de trois éléments : une composante identificateur/résolution, un référentiel d’objets numériques et un registre d’objets numériques. La conception DOA permet plus de souplesse dans la représentation des données et des métadonnées dans les systèmes individuels.

ASCII

Norme d'encodage de caractères que les ordinateurs utilisent communément pour stocker, transmettre et imprimer du texte en anglais (ou « latin »).

Après des décennies d'utilisation, l'acronyme ASCII (prononcer ASKI) est plus connu et plus fréquemment utilisé que son nom complet (Code standard américain pour l'échange d'information).

Association africaine de noms de domaine de premier niveau(AFTLD)

Association à but non lucratif de registres de noms de domaine de premier niveau géographiques (ccTLD) en Afrique. L'AFTLD constitue un forum où les membres peuvent discuter de politiques ayant une incidence sur les registres ccTLD de leur région. L'association fait également office de canal de communication entre ses membres et les instances de gouvernance de l'Internet telles que l'ICANN.

Association des domaines de premier niveau géographiques d'Amérique latine et des Caraïbes(LACTLD)

Association à but non lucratif de registres de noms de domaine de premier niveau géographiques (ccTLD) en Amérique latine et dans les Caraïbes. La LACTLD constitue un forum où les membres peuvent discuter de politiques ayant une incidence sur les registres ccTLD de leur région. L'association fait également office de canal de communication entre ses membres et les instances de gouvernance de l'Internet telles que l'ICANN.

Association des noms de domaine de premier niveau d’Asie-Pacifique(APTLD)

Association à but non lucratif de registres de noms de domaine de premier niveau géographiques (ccTLD) en Asie-Pacifique. L'APTLD constitue un forum où les membres peuvent discuter de politiques ayant une incidence sur les registres ccTLD de leur région. L'association fait également office de canal de communication entre ses membres et les instances de gouvernance de l'Internet telles que l'ICANN.

attaque de l'homme du milieu(MITM)

Toute attaque à travers laquelle l'attaquant interpose secrètement un logiciel ou un système informatique afin d'intercepter, de capturer, de modifier ou de relire des messages entre deux parties. Les attaquants ont recours aux MITM afin de s'emparer d'informations transmises par une partie à une autre. L'installation d'un logiciel malveillant destiné à enregistrer les frappes de l'utilisateur d'un ordinateur constitue l'une des formes de MITM. Il existe des schémas plus élaborés dans lesquels un attaquant se fait passer pour une partie ou les deux parties d'un échange de courriels. Lors de l'échange de courriels, l'attaquant cherche à amener l'une des parties à divulguer des informations sensibles ou à autoriser une transaction financière.

attaque par amplification du trafic du DNS

Technique utilisée par les attaquants afin d'amplifier l'effet d'une cyberattaque sur un serveur de noms ou un résolveur. À l'aide de cette technique, les attaquants augmentent le trafic du DNS en émettant des requêtes envoyant d'énormes messages de réponse au serveur de noms ou au résolveur visés.

attaque par canal caché du DNS

Forme d'attaque au moyen de laquelle un cyberattaquant utilise le canal du système des noms de domaine (DNS) afin de contourner les systèmes de sécurité du réseau d'une organisation. Lors d'une attaque utilisant le canal du DNS, les attaquants ont recours à des requêtes DNS spécialement conçues à cet effet afin de télécharger un programme malveillant sur des ordinateurs infectés. Ils peuvent également utiliser cette technique afin d'extraire des informations sensibles d'ordinateurs infectés au sein d'une ou de plusieurs organisations.

attaque par déni de service distribué(attaque DDOS)

Activité malveillante lors de laquelle les cyberattaquants utilisent plusieurs ordinateurs (parfois des milliers) pour lancer une attaque synchronisée sur un système ciblé. Les attaquants lancent souvent des attaques DDOS depuis des réseaux zombies, des ensembles de dispositifs infectés par des logiciels malveillants qui agissent sous les ordres d’un centre de commande et contrôle de réseau zombie. Comme pour une attaque par déni de service, les attaquants saturent le système ciblé avec de fausses requêtes, rendant l’accès à celui-ci difficile, voire impossible pour ses utilisateurs.